Current portal location

Website content

News archive

United States Bruxelles, le 26 mars 2010

Le commissaire européen au commerce rencontre le représentant des États-Unis pour les questions commerciales

This page describes past events and is no longer updated.

Karel De Gucht, commissaire européen au commerce, a rencontré pour la première fois l’ambassadeur Ron Kirk, représentant des États-Unis pour les questions commerciales. Le commissaire a souligné son intention de poursuivre la coopération transatlantique menée avec succès en matière de politique commerciale et a mis l’accent sur l’importance stratégique que revêt le renforcement de la coopération bilatérale et multilatérale. L’Union européenne et les États-Unis représentent à eux deux plus de la moitié du PIB mondial. De plus, chacun est le premier partenaire commercial de l’autre.

"En cette conjoncture difficile, il est essentiel de renforcer le marché du commerce transatlantique pour stimuler la croissance", a déclaré le commissaire De Gucht. "Ensemble, nous pouvons également modeler les enjeux de la mondialisation. C’est pourquoi je suis résolu à faire progresser le programme de Doha pour le développement, qui est le meilleur outil dont nous disposons pour dégager des avantages à l’échelle mondiale et faire rempart au protectionnisme."

Cette réunion, qui a duré une heure, a donné aux deux parties une première occasion de jeter les bases d’une coopération bilatérale fructueuse. La discussion a porté sur l’ensemble des thèmes figurant au programme commercial transatlantique, à savoir les négociations commerciales multilatérales, les questions commerciales bilatérales d’actualité et le Conseil économique transatlantique.

Contexte

L’Union européenne est le premier partenaire commercial des États-Unis et inversement. Les flux commerciaux transatlantiques s’élèvent à environ 1,9 milliard d’euros par jour et atteignent quelque 700 milliards d’euros par an. Les deux économies sont fortement interdépendantes.

La relation transatlantique façonne également l’ensemble de l’économie mondiale, puisque presque tous les autres pays de l’économie mondiale ont pour premier partenaire en matière de commerce et d’investissement soit l’Union européenne, soit les États-Unis. À eux deux, l’Union européenne et les États-Unis représentent environ 53 % du PIB mondial et 31 % du commerce international.

Les stocks d’IDE que l’Union européenne et les États-Unis détiennent réciproquement s’élèvent en tout à environ 1 890 milliards d’euros. On estime que la «main-d’œuvre transatlantique» représente en tout 12 à 14 millions de personnes, dont environ la moitié sont des travailleurs américains qui doivent leur emploi directement ou indirectement à des entreprises de l’Union européenne.

Selon une étude récente réalisée pour la Commission européenne, l’Union européenne et les États-Unis verraient augmenter leur PIB conjoint d’environ 160 milliards d’euros et leurs exportations respectives de 2,1 % et 6,1 % si la moitié des mesures non tarifaires et des différences de réglementation était supprimée.

L’Union européenne et les États-Unis coopèrent sur les questions réglementaires dans le cadre du Conseil économique transatlantique (CET), qui a été créé en 2007. Le CET offre un espace de discussion supplémentaire et de haut niveau visant à donner une impulsion politique aux processus techniques et à accélérer ainsi les progrès dans différents domaines, notamment la coopération réglementaire, les investissements, les droits de propriété intellectuelle, l’innovation, la sécurité des échanges et les questions relatives aux marchés financiers.

Pour de plus amples informations

Étude de la Commission européenne intitulée Non-Tariff Measures in EU-US Trade and Investment – An Economic Analysis (Mesures non tarifaires relatives au commerce et aux investissements UE – États‑Unis – Analyse économique):