Current portal location

Website content

News archive

Mercosur Bruxelles, le 13 septembre 2010

Le commissaire européen au commerce, Karel De Gucht, se rend en Argentine et au Brésil pour discuter des négociations sur le commerce UE-Mercosur

This page describes past events and is no longer updated.

Le commissaire européen au commerce, Karel De Gucht, se rendra au Brésil, qui préside actuellement le Mercosur, et en Argentine pour une visite de première importance du 13 au 16 septembre. Le commissaire examinera avec ses interlocuteurs les moyens de faire progresser les négociations en cours sur le commerce UE-Mercosur et de saisir les opportunités d’exportation sur ces marchés.

«Étant donné la croissance économique du Mercosur, j'entrevois d'importantes opportunités, dans les années à venir, pour les exportateurs, les investisseurs et les prestataires de services européens dans cette région», a déclaré le commissaire De Gucht. «Un accord de libre-échange équilibré et ambitieux entre l'UE et le Mercosur pourrait donc apporter d'importants avantages économiques aux deux parties et contribuer à la relance économique.»

Au Brésil, le commissaire rencontrera, le 14 septembre, des représentants politiques de haut niveau, notamment le ministre des affaires étrangères Celso Amorim et le ministre du commerce Miguel Jorge. Au cours de sa visite en Argentine le 15 septembre, le commissaire rencontrera le chancelier Hector Timerman et la ministre de l'industrie Deborah Giorgi.

Dans ces deux pays, le commissaire discutera des négociations en cours entre l'UE et le Mercosur, ainsi que des questions essentielles relatives au commerce bilatéral. Le commissaire rencontrera également des chefs d'entreprises et des représentants de l'industrie européenne.


Contexte

L'UE a entamé des négociations pour la conclusion d'un accord de libre-échange avec le Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay et Uruguay) en 1995. Celles-ci ont été suspendues en 2004 sans qu’un accord ait été conclu.

La Commission européenne a décidé de relancer les négociations avec le Mercosur en mai 2010. Cette décision a été approuvée par le sommet UE-Mercosur en mai. Depuis lors, un cycle de négociations a eu lieu à Buenos Aires en juin 2010. Le prochain cycle aura lieu en octobre 2010 à Bruxelles.


Le Mercosur, c'est:

  • un vaste marché, doté d'un fort potentiel de croissance. Le PIB total de la région atteint 1 300 milliards d'euros et dépasse celui de pays comme la Corée du Sud, l'Inde ou la Russie. Le taux de croissance ces dernières années se situe en moyenne entre 4 et 6 % pour le Brésil et entre 6 et 9 % pour l'Argentine;
  • un partenaire de plus en plus important pour l'UE. En termes d'exportations de l'UE, le Mercosur se situe au niveau de l'Inde et devance le Canada et la Corée. Au cours des quatre dernières années, jusqu’au moment où la crise a frappé, les exportations de l’UE vers le Mercosur ont augmenté de plus de 15 % par an. Les investissements de l’UE dans le Mercosur s’élèvent à plus de 165 milliards d’euros, plus que les investissements combinés de l’UE en Chine, en Inde et en Russie;
  • un marché relativement protégé, en termes d’obstacles tant tarifaires que non tarifaires. Le taux moyen de protection tarifaire appliqué est d’environ 13 % (la protection consolidée moyenne est supérieure à 30 %), mais dans des secteurs présentant un intérêt particulier pour les exportateurs de l’UE, la protection est encore plus élevée (par exemple, 35 % pour les voitures). L'avantage économique pour l'UE pourrait être une augmentation des exportations d'environ 4,5 milliards d'euros par an. Le Mercosur devrait bénéficier d'une hausse similaire de ses exportations vers l'UE;

Le volet commercial UE-Mercosur de l'accord d'association vise à:


  • être global et ambitieux, en allant au-delà des obligations imposées aux deux parties par l'OMC;
  • étendre la couverture des produits et services à libéraliser. Les sensibilités des deux parties au niveau des produits et des secteurs seront prises en compte;
  • couvrir non seulement les marchandises, mais aussi des aspects tels que les services, les investissements, les marchés publics ou le commerce et le développement durable;
  • garantir une protection adéquate des droits de propriété intellectuelle et des indications géographiques, des politiques efficaces en matière de concurrence et un accord spécial sur les normes sanitaires et phytosanitaires;
  • établir un mécanisme efficace et contraignant de règlement des différends pour faciliter la résolution des frictions commerciales dans les relations UE-Mercosur.
     

Pour de plus amples informations

Sur la relance des négociations avec le Mercosur
Sur les relations commerciales de l’UE avec le Mercosur
Sur les relations commerciales de l’UE avec le Brésil
Sur les relations commerciales de l’UE avec l'Argentine