Version: 1.5.0.40 (2021-04-09 10:56)

APE — Communauté de l’Afrique de l’Est

L’APE UE-CAE permettra aux citoyens et aux entreprises des deux régions d’investir plus facilement et de commercer les uns avec les autres, et de stimuler le développement en Afrique de l’Est. Découvrez comment les accords de partenariat économique (APE) de l’UE avec 6 États africains pourraient bientôt profiter à vos échanges.

En un coup d’œil

La CAE est l’une des communautés économiques régionales les plus intégrées de l’Union africaine. Il s’agit d’une union douanière, la plupart des biens et services étant échangés en franchise de droits entre les États membres et bénéficiant d’un tarif extérieur commun avec des pays tiers. En tant que marché commun, les personnes, les biens, les services et les capitaux peuvent circuler librement. En outre, la CAE prévoit de créer une union monétaire en 2023 et de plaider en faveur d’une intégration politique plus étroite.

Les négociations en vue de la conclusion de l’APE entre l’UE et la CAE ont été menées à bien en octobre 2014. L’accord a déjà été signé par le Kenya, le Rwanda et tous les États membres de l’UE. L’entrée en vigueur est toujours en attente de la signature des autres États membres de la CAE (Tanzanie, Ouganda, Burundi, en plus du Soudan du Sud), avant la ratification par toutes les parties.

Dès son entrée en vigueur, l’APE entre l’UE et la CAE fournira un accès immédiat en franchise de droits et de contingents au marché de l’UE pour toutes les exportations de la CAE, associé à une ouverture partielle et progressive du marché de la CAE aux importations en provenance de l’UE.

L’accord contient également des dispositions détaillées sur les règles d’origine et les mesures sanitaires et phytosanitaires. Il interdit les restrictions injustifiées ou discriminatoires à l’importation et à l’exportation, contribuant ainsi aux efforts de l’EAC visant à éliminer les barrières non tarifaires dans les échanges intra-CAE.

En outre, les chapitres consacrés à l’agriculture et à la pêche visent à renforcer la coopération en matière d’utilisation durable des ressources. Les parties s’engagent également à poursuivre les négociations sur le commerce des services et les règles relatives au commerce en s’intéressant au développement durable, à la politique de concurrence, au développement des investissements et du secteur privé, aux droits de propriété intellectuelle et à la transparence dans les marchés publics.

Pays bénéficiaires

  • Burundi — En attente de signature. Est couvert par le régime «Tout sauf les armes» (TSA).
  • Kenya: signé et ratifié l’APE. Pas pris en charge par l’ABE. Bénéficie d’un accès en franchise de droits et de contingents au marché de l’UE.
  • Rwanda — Signé de l’APE. Couverts par l’ABE.
  • Tanzanie — En attente de signature. Couverts par l’ABE.
  • Ouganda — En attente de signature. Couverts par l’ABE.
  • Soudan du Sud — Dans la mesure où il a adhéré à la CAE en 2016, il n’a pas participé aux négociations. Peut adhérer à l’accord dès son entrée en vigueur. N’est pas membre de l’OMC. Couverts par l’ABE.

Dispositions asymétriques en faveur des pays de la CAE

L’APE UE-CAE prévoit des dispositions asymétriques en faveur des pays de la CAE, telles que l’exclusion des produits sensibles de la libéralisation, les longues périodes de libéralisation, les règles d’origine flexibles, ainsi que des garanties et des mesures particulières pour l’agriculture, la sécurité alimentaire et la protection des industries naissantes.

  • Alors que les marchés de l’UE sont immédiatement et intégralement ouverts, le marché de la CAE s’ouvre partiellement et progressivement aux importations en provenance de l’UE, en tenant pleinement compte des différences de niveau de développement.

Tarifs

  • L’UE accordera 100 % d’accès en franchise de droits et sans contingent à toutes les importations en provenance des pays de la CAE. L’accès au marché de l’UE est permanent, complet et libre
  • Les pays de la CAE suppriment progressivement 82,6 % des droits de douane, sur une période de 15 à 25 ans. Les produits sensibles sont totalement exclus de la libéralisation, y compris les divers produits agricoles, vins et spiritueux, les produits chimiques, les plastiques, le papier à base de bois, les textiles et les vêtements, les chaussures, les produits céramiques, la verrerie, les ouvrages en métaux communs et les véhicules.
  • Si les importations de certains biens de l’UE dans les pays du partenariat oriental augmentent soudainement, des mesures de sauvegarde telles que les contingents d’importation et la réintroduction des droits peuvent être appliquées par les pays de la CAE.
  • Des limites sont imposées en ce qui concerne les éventuelles taxes à l’exportation supplémentaires sur les matières premières et les denrées alimentaires non transformées. En conséquence, les membres de la CAE ne pourront imposer de nouvelles taxes à l’exportation qu’après avoir informé l’UE et pour une durée limitée.
  • Utilisez l’option de recherche de Mon assistant commercial pour trouver les informations exactes sur les droits et les tarifs pour votre produit spécifique, compte tenu de son pays d’origine et de destination. En cas de doute, veuillez contacter vos autorités douanières.

Règles d’origine

Les règles d’origine flexibles permettent aux pays de la CAE d’exporter des produits avec des intrants en provenance d’autres pays, en particulier dans des secteurs clés (agriculture, pêche, textiles et habillement). Par exemple, un produit textile peut entrer dans l’UE en franchise de droits si au moins une étape de la production — comme le tissage ou le tricotage — a eu lieu dans un pays signataire de l’APE.

Avant l’exportation/importation, assurez-vous:

Tolérance

Les tolérances incluses dans l’APE sont plus souples que les tolérances habituelles. Elles correspondent à 15 % du prix départ usine du produit fini, au lieu des 10 % prévus dans la plupart des accords conclus par l’UE. Pour les textiles et les vêtements, des tolérances spécifiques s’appliqueront.

Cumul

L’APE comprend les types de cumul suivants:

  • Cumul bilatéral avec l’UE
  • Le cumul diagonal et complet avec les PTOM et les pays ACP, sous certaines conditions.
  • Cumul avec les pays en développement voisins, sous certaines conditions.

Le transport direct

La preuve du transport direct doit être apportée aux autorités douanières du pays d’importation.

Ristourne de droits

Le remboursement peut être demandé pour les droits acquittés sur les matériaux, qui étaient précédemment importés en vue d’un traitement ultérieur avant d’être exportés vers un pays ayant signé un APE avec l’UE.

Conditions relatives aux navires

Les poissons pêchés en haute mer et dans les zones économiques exclusives des pays de la CAE peuvent être considérés comme originaires d’un pays de la CAE uniquement lorsqu’ils sont capturés par des navires remplissant certains critères. Ces critères se réfèrent au lieu d’immatriculation d’un navire, au pavillon sous lequel ils «naviguent» et à leur propriétaire.

Il n’existe pas d’exigence spécifique concernant la nationalité de l’équipage, des capitaines ou des officiers. Ces exigences, qui figuraient dans l’accord de Cotonou initial, ont maintenant été supprimées afin de faciliter l’octroi de l’origine aux poissons capturés par les pays APE.

Règles d’origine par produit

Exigences du produit

Règles et exigences techniques

  • Informez-vous sur les exigences techniques, les règles et les procédures [lien] que les marchandises doivent respecter pour être importées dans l’Union européenne.
  • Recherche des règles et réglementations spécifiques applicables à votre produit et à son pays d’origine dans la base de données My Trade Assistant.

Exigences en matière de santé et de sécurité

Documents et procédures de dédouanement

Preuves de l’origine

  • Pour devenir un exportateur agréé, vous devez être en mesure de prouver à vos autorités douanières le caractère originaire de vos produits, ainsi que toute autre exigence qu’ils peuvent imposer.

Les autorités douanières peuvent retirer votre statut d’exportateur agréé en cas d’abus. Pour en savoir plus sur les procédures, contactez les autorités douanières de votre pays.

  • Pour pouvoir bénéficier de taux de droit préférentiels, les produits originaires des pays de la CAE doivent être accompagnés d’une preuve de l’origine. La preuve de l’origine reste valable pendant 10 mois. Il peut s’agir:
    • D’ un certificat de circulation des marchandises EUR.1 délivré par les autorités douanières du pays exportateur. L’exportateur (ou mandataire) qui demande un certificat doit être disposé à présenter, sur demande, des documents établissant le caractère originaire des produits concernés et remplissant les autres conditions prévues par le protocole relatif aux règles d’origine.
    • D’une déclaration sur facture émise par tout exportateur, pour les envois d’une valeur n’excédant pas 6,000 EUR, ou par des exportateurs agréés, pour tous les envois, quelle que soit leur valeur. Lorsque vous établissez une déclaration sur facture, vous devez pouvoir présenter les documents établissant le caractère originaire de vos produits.

Autres documents

  • Renseignez-vous sur d’autres documents et procédures de dédouanement nécessaires pour importer dans l’Union européenne.

Propriété intellectuelle et indications géographiques

Commerce des services

Marchés publics

Investissement

Autres (concurrence, CDD)

Concurrence

  • Depuis 2014, l’UE a mis un terme à l’octroi de subventions à l’exportation pour tous les produits exportés vers tous les pays APE.
  • L’UE a réduit les mesures avec la production et la distorsion des échanges
  • Le chapitre sur l’agriculture garantit que l’UE n’appliquera pas de subventions à l’exportation, même en période de crise du marché.
  • Si l’industrie locale est menacée en raison de pics d’importation en provenance d’Europe, l’APE autorise la mise en œuvre de mesures visant à protéger les secteurs industriels et les industries naissantes.

Développement durable

  • Le chapitre sur l’agriculture est axé sur le développement agricole durable, y compris la sécurité alimentaire, le développement rural et la réduction de la pauvreté dans la CAE. Elle engage les parties à un dialogue approfondi sur l’agriculture et la sécurité alimentaire, y compris en ce qui concerne la transparence en ce qui concerne leurs politiques nationales respectives.
  • Le chapitre sur la pêche renforce la coopération en matière d’utilisation durable des ressources dans le domaine de la pêche, tels que l’évaluation et la gestion des ressources; le suivi des incidences environnementales, économiques et sociales; conformité avec les législations nationales existantes et les instruments internationaux pertinents; un contrôle et une surveillance efficaces en matière de lutte contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée;
  • Le chapitre sur la coopération économique et la coopération au développement vise à renforcer la compétitivité des économies de la CAE, à renforcer les capacités d’approvisionnement et à aider les membres de la CAE à mettre en œuvre l’APE sans difficulté;
  • L’APE est étroitement lié à l’accord de Cotonou et à ses éléments essentiels, tels que les droits de l’homme, la démocratie et l’État de droit;

Intégration régionale

L’APE porte autant sur les échanges commerciaux entre les pays de la CAE que sur les échanges commerciaux avec l’UE.

  • L’APE interdit toute restriction injustifiée ou discriminatoire à l’importation et à l’exportation, qui contribue aux efforts de l’EAC visant à éliminer les barrières non tarifaires (BNT) dans les échanges intra-CAE.

Renforcement des capacités et assistance technique

L’UE fournit un soutien qui sera financé par des instruments existants, principalement le budget de développement de l’UE et le Fonds européen de développement (FED), par l’intermédiaire de l’ aide pour le commerce.

Liens et documents utiles

Partager cette page:

Liens rapides