L’accord de partenariat économique UE-Cariforum

L’APE CARIFORUM-UE facilite l’investissement et le commerce entre les citoyens et les entreprises des deux régions et stimule le développement dans les Caraïbes.Découvrez comment les accords de partenariat économique (APE) conclus par l’UE avec 14 États des Caraïbes bénéficient à vos échanges commerciaux.

En un coup d’œil

L’ accord de partenariat économique Cariforum-UE a été signé en octobre 2008. Il ne s’agit pas seulement d’un accord sur le commerce des marchandises; il comprend des engagements concernant le commerce des services, les investissements, les questions liées au commerce telles que la politique de concurrence, les marchés publics, les droits de propriété intellectuelle, ainsi que les aspects liés au développement durable. L’accord:

  • aide les deux régions à investir et à commercer les unes avec les autres
  • assure un accès prévisible au marché pour les opérateurs de l’UE et des Caraïbes
  • ouvre progressivement le marché européen des services, y compris le secteur de la création et du divertissement, ainsi que le marché des Caraïbes pour les prestataires de services de l’UE
  • garantit l’accès au marché de l’UE en franchise de droits et sans contingents pour tous les produits
  • Libéralisation progressive des exportations de produits sensibles de l’UE sur une période de 25 ans
  • permet aux entreprises du Cariforum d’établir une présence commerciale dans l’UE
  • prévoit une clause de préférence régionale pour le commerce au sein de la région des Caraïbes, favorisant l’intégration régionale et les chaînes de valeur régionales.

L’accord comprend également un protocole distinct sur la coopération culturelle, qui vise à améliorer les conditions régissant l’échange d’activités, de biens et de services culturels entre les pays du Cariforum et l’UE. L’APE Cariforum-UE est le premier accord commercial dans lequel l’UE a spécifiquement inclus des dispositions détaillées sur la culture.

Pays bénéficiaires

Au total, 14 pays du Cariforum mettent en œuvre les APE Cariforum-UE:

  • République dominicaine
  • La Communauté des Caraïbes déclare:
    • Antigua et Barbuda
    • Bahamas
    • Barbade
    • Belize
    • Dominique
    • Grenade
    • Guyane
    • Jamaïque
    • ST Lucie
    • Saint-Vincent-et-les Grenadines
    • Saint Kitts et Nevis
    • Surinam
    • Trinidad et Tobago

Haïti a également signé l’accord en décembre 2009, mais ne l’applique pas encore, dans l’attente de sa ratification par son parlement.

Dispositions asymétriques en faveur des pays des Caraïbes

L’APE prévoit des asymétries en faveur des pays ACP, telles que l’exclusion des produits sensibles de la libéralisation, de longues périodes de libéralisation, des règles d’origine souples, ainsi que des mesures de sauvegarde et des mesures spéciales en faveur de l’agriculture, de la sécurité alimentaire et de la protection des industries naissantes.

Alors que les marchés de l’UE sont immédiatement et pleinement ouverts, les États du Cariforum ont 15 à 25 ans pour s’ouvrir aux importations de l’UE. En outre, les producteurs de 17 % des marchandises les plus sensibles (relevant principalement des chapitres 1 à 24 du SH) bénéficieront d’une protection permanente contre la concurrence.

Tarifs

  • L’UE accorde un accès en franchise de droits et de quotas à 100 % pour tous les biens en provenance des États du Cariforum. L’accès au marché de l’UE est permanent, complet et gratuit pour tous les produits du Cariforum.
  • Les pays de la mer Carribéenne suppriment progressivement leurs droits, sur une période de 15 à 25 ans. 17 % des produits et services sont considérés comme sensibles et totalement exclus de la libéralisation. Si les importations de certains biens de l’UE dans les pays du CARIFORUM augmentent soudainement et menacent la production locale, des mesures de sauvegarde telles que des quotas d’importation peuvent être appliquées.
  • Tous les droits de douane figurent aux annexes 1,2 et 3 de l’APE Cariforum-UE. Il convient de noter que tous les pays du Cariforum ne suivent pas le même calendrier de libéralisation.
  • Utilisez l’option de recherche de My Trade Assistant pour trouver les informations exactes sur les droits et les tarifs applicables à votre produit spécifique, en tenant compte de son pays d’origine et de sa destination. En cas de doute, veuillez contacter vos autorités douanières.
  • Il existe des dispositions particulières concernant l’importation de lait en poudre en République dominicaine — il existe des contingents d’importation assortis de droits de douane préférentiels.

Règles d’origine

Le chapitre des APE consacré aux règles d’origine s’applique.

Exigences relatives aux produits

Règles et exigences techniques

Découvrez les exigences techniques, les règles et les procédures auxquelles les marchandises doivent satisfaire pour être importées dans l’Union européenne.

Recherchez les règles et réglementations spécifiques applicables à votre produit et à son pays d’origine en utilisant mon assistant commercial. Pour visualiser les exigences applicables à votre produit, vous devrez d’abord identifier son code douanier. Si vous ne connaissez pas le code douanier, vous pouvez le rechercher avec le nom de votre produit dans le moteur de recherche intégré.

Prescriptions SPS en matière de santé et de sécurité

Documents et procédures de dédouanement

Preuves de l’origine

Pour bénéficier des taux de droits préférentiels, les produits originaires des pays APE doivent être accompagnés d’une preuve de l’origine. La preuve de l’origine reste valable pendant 10 mois. Il peut s’agir:

  • Certificat de circulation des marchandises EUR.1 — délivré par les autorités douanières du pays d’exportation. L’exportateur (ou son mandataire) qui demande un certificat doit être disposé à présenter, sur demande, des documents établissant le caractère originaire des produits concernés et à remplir les autres conditions prévues par le protocole relatif aux règles d’origine. La preuve du caractère originaire est valable pendant une période de dix mois à compter de la date de délivrance.
  • Déclaration sur facture — délivrée par tout exportateur, pour les envois d’une valeur inférieure ou égale à 6,000 EUR, ou par un exportateur agréé, pour les envois d’une valeur quelconque. Lorsque vous remplissez une déclaration sur facture, vous devez être disposé à présenter des documents établissant le caractère originaire de vos produits et à remplir les autres conditions prévues par le protocole sur les règles d’origine.

Traitement cumulatif

En cas de demandes de cumul concernant l’utilisation de matières provenant d’un partenaire APE, d’un État ACP autre qu’un État CARIFORUM, ou d’un PTOM, ou d’ouvraisons ou de transformations effectuées dans ces pays, les preuves que vous devez fournir aux autorités douanières sont les suivantes:

  • pour les matières fournies, un certificat de circulation des marchandises EUR.1 ou une déclaration du fournisseur;
  • pour les ouvraisons ou transformations effectuées, une déclaration séparée du fournisseur.

Une déclaration séparée du fournisseur doit être présentée sur la facture, le bon de livraison ou tout autre document commercial pour chaque envoi de matières fournies, décrivant en détail ces matières.

Autres documents

  • Découvrez les autres documents et procédures de dédouanement nécessaires à l’importation dans l’Union européenne.

Propriété intellectuelle et indications géographiques

  • Les dispositions relatives au droit d’auteur visent à garantir que les titulaires de droits des États membres de l’UE et du Cariforum bénéficient d’une compensation adéquate pour l’utilisation de leurs œuvres. Par conséquent, les titulaires de droits du Cariforum qui souhaitent exporter des produits ou services protégés par le droit d’auteur vers l’UE devraient pouvoir obtenir plus facilement une rémunération pour l’utilisation de ces produits et services.
  • L’APE (chapitre sur les services) contient des engagements en matière d’accès au marché pris par 27 États membres de l’UE (à l’exception de la Belgique) pour l’échange de services de divertissement, à l’exception de l’audiovisuel. Cela signifie que les artistes, musiciens et autres professionnels de la culture du Cariforum, qui sont enregistrés en tant qu’entreprises, peuvent envoyer leurs membres ou leurs employés dans 27 États membres de l’UE pour leur fournir des services de divertissement, tels que des spectacles, qui sont protégés par le droit d’auteur et les droits voisins.
  • Les négociations relatives à l’accord de protection des indications géographiques (IG) sont en cours

Commerce des services

L’APE étant asymétrique en faveur des États des Caraïbes, le CARIFORUM ouvre 65 à -75 % de leurs marchés en se concentrant sur les secteurs qui ont le plus d’impact sur le développement et dans lesquels des investissements et des transferts de technologie sont nécessaires, tandis que l’UE ouvre 90 % de son marché des services.

Les deux parties examinent actuellement:

  • tourisme
  • l’activation du protocole culturel
  • création d’un Comité des services

Veuillez

Marchés publics

Investissement

Autres (concurrence, commerce et développement durable)

L’APE contribue au développement des Caraïbes grâce à une plus grande intégration dans le commerce mondial et régional et à de nouveaux débouchés commerciaux:

  • ouverture des échanges de services et des investissements
  • faciliter les affaires dans les Caraïbes — y compris des règles visant à garantir une concurrence loyale
  • fournir un soutien financier de l’UE pour aider:
    • les gouvernements mettent en œuvre les entreprises APE
    • utiliser l’APE pour exporter davantage et attirer davantage d’investissements extérieurs

Concurrence

Depuis 2014, l’UE a mis fin aux subventions à l’exportation pour tous les produits exportés vers les pays APE.

L’UE a réduit au minimum les mesures ayant des effets de distorsion de la production et des échanges.

Si l’industrie locale est menacée en raison de la hausse des importations en provenance d’Europe, les APE permettent de déclencher des mesures pour protéger les secteurs industriels et l’industrie naissante.

Développement durable

L’APE est explicitement fondé sur les éléments «essentiels et fondamentaux» énoncés dans l’accord de Cotonou, à savoir les droits de l’homme, les principes démocratiques, l’État de droit et la bonne gouvernance. Les APE contiennent donc certains des termes les plus forts en matière de droits et de développement durable dans les accords de l’UE.

  • La «clause de non-exécution» signifie que des «mesures appropriées» (telles que définies dans l’accord de Cotonou) peuvent être prises si une partie manque à ses obligations en ce qui concerne les éléments essentiels. Cela peut inclure la suspension des avantages commerciaux.
  • Les institutions conjointes des APE sont chargées de surveiller et d’évaluer l’impact de la mise en œuvre des APE sur le développement durable des parties. Conformément à l’accord de Cotonou, la société civile et les parlementaires ont clairement un rôle à jouer.

Intégration régionale

Les pays du Cariforum se sont intégrés plus étroitement les uns avec les autres. L’APE contribue à faciliter l’exportation de biens et de services entre:

  • tous les pays qui composent le CARIFORUM
  • 17 Territoires des Caraïbes ayant des liens directs avec les pays de l’UE (quatre «régions ultrapériphériques» françaises et 13 territoires d’outre-mer — six Britanniques, six Néerlandais et un Français)
  • Les États du Cariforum se sont engagés à s’offrir mutuellement les mêmes préférences qu’à l’UE (pas encore pleinement mises en œuvre).
  • Entre 2014 et 2020, l’UE a fourni 346 millions d’euros au titre du programme de coopération régionale.

Renforcement des capacités et assistance technique

L’UE aide les gouvernements des Caraïbes à respecter leurs engagements, de la manière suivante:

  • Premièrement, l’UE finance les structures de mise en œuvre des APE dans l’ensemble des Caraïbes. Ils sont basés dans les ministères nationaux du commerce et dans la direction CARIFORUM du secrétariat de la Communauté des Caraïbes (CARICOM).
  • Deuxièmement, dans le cadre de son FED, l’UE finance les programmes de mise en œuvre des APE et de développement du secteur privé pour les gouvernements et les entreprises depuis 2012. En collaboration avec plusieurs organisations caribéennes et internationales, l’UE aide les pays caribéens
    • moderniser la manière dont ils perçoivent des impôts et collecter des statistiques
    • aider les entreprises à respecter les normes de l’UE en matière de santé, de sécurité et d’environnement
    • diversifier leurs économies en soutenant la croissance de leur secteur des services
    • Création d’agences pour la concurrence, la défense commerciale et les mesures de sauvegarde
      fournissant une assistance technique dans le domaine des DPI
  • Troisièmement, l’UE investit pour aider les gouvernements à s’intégrer par d’autres moyens.
    • dans l’ensemble de la CARICOM: en créant un marché et une économie uniques (CSME)
    • en République démocratique du Congo et en Haïti: en encourageant une coopération plus étroite entre les deux
    • dans les Caraïbes orientales: en poursuivant une intégration plus poussée
  • Quatrièmement, l’UE finance également des travaux similaires par l’intermédiaire de ses programmes par pays.
    • tous les États ont mis en place des coordinateurs et des structures APE.
    • presque tous les États ont mis en œuvre les séries progressives de réductions tarifaires en 2011 et 2013, 2015 et 2017, comme convenu dans l’APE.
    • des travaux sont en cours pour renforcer le CROSQ, un organisme régional de normalisation, et la CAHFSA, une agence régionale de sécurité alimentaire créée en 2010.

Des institutions communes

L’UE a également contribué à la mise en œuvre de l’APE en collaborant avec les pays des Caraïbes à la mise en place de plusieurs nouvelles institutions conjointes Caraïbes-européennes.

Ces organes sont destinés à contrôler la manière dont les deux régions mettent l’accord en pratique. Elles visent également à faire en sorte que l’APE produise des résultats positifs et à résoudre les problèmes éventuels.

Les six institutions conjointes Cariforum-UE:

  • Conseil conjoint
  • Comité «Commerce et développement» (T & DC)
  • Commission parlementaire
  • Comité consultatif
  • Comité spécial de coopération douanière et de facilitation des échanges
  • Comité spécial Agriculture.

Aider les entreprises des Caraïbes

L’UE contribue également à la mise en œuvre de l’APE dans le cadre de son partenariat avec les Caraïbes exportatrices, une agence à l’échelle des Caraïbes qui encourage les échanges et les investissements dans toute la région.

L’UE finance des programmes visant à aider les pays des Caraïbes à collaborer étroitement avec les entreprises caribéennes, afin qu’elles puissent utiliser l’APE pour développer leur production et exporter davantage, tant vers d’autres pays des Caraïbes que vers l’UE.

L’agence collabore également avec les régions ultrapériphériques (RUP) et les pays et territoires d’outre-mer (PTOM) de l’UE dans les Caraïbes, afin de stimuler les échanges commerciaux entre ces régions et le reste de la région.

Coopération culturelle

Le protocole relatif à la coopération culturelle établit le cadre d’une coopération accrue en matière d’échanges d’activités culturelles, de biens et de services entre le CARIFORUM et l’UE.

Liens et documents utiles

Partager cette page:

Liens rapides